Le passage du plastique au carton peut réduire de 99 % l'impact climatique d'un emballage. Pour les personnes qui influencent le choix du matériau d'emballage, ce seul choix peut avoir le plus grand impact sur le climat pendant toute la carrière professionnelle d'un chef de produit ou d'un concepteur. Telle est la conclusion d'une étude réalisée par l'Institut suédois de recherche environnementale IVL pour Iggesund Paperboard.

Le point de départ a été d'étudier certains des types d'emballages les plus courants et de comparer les différences d'impact climatique en fonction du choix du matériau d'emballage.

"Il existe des tableaux indiquant les émissions de dioxyde de carbone par kilo de matériau, mais lorsqu'on compare des exemples réels d'emballages, on se rend compte de la grande importance du choix du matériau", commente Johan Granås, directeur du développement durable chez Iggesund Paperboard.

"Le plastique est un matériau fantastique pour de nombreuses applications et nous l'utilisons nous-mêmes lorsque nous produisons du carton pour des emballages alimentaires qui nécessitent une fine barrière de plastique pour protéger leur contenu", ajoute-t-il. "Mais nous pensons que les décideurs de l'industrie de l'emballage doivent connaître les effets de leur choix de matériau."

L'emballage des ampoules électriques dans du plastique ou du carton est l'exemple le plus extrême de l'enquête. En passant du plastique au carton, il est possible de réduire l'impact climatique de l'emballage de 99 %. Dans l'exemple le plus favorable au plastique, un carton contenant 500 grammes de pâtes a été comparé à la quantité correspondante de pâtes emballées dans un sac plastique fin. La conclusion est que le sac en plastique a un impact climatique 3,25 fois plus important que le carton. Et ce, bien que le sac ne pèse qu'un sixième du poids du carton et que ses propriétés de protection et d'empilage soient nettement moins bonnes.

"Il existe des masses d'emballages qui ne peuvent être fabriqués autrement qu'en plastique aujourd'hui", souligne Johan Granås. "Mais il y a aussi des emballages en plastique, pour lesquels il est facile de changer de matériau sans perdre la moindre fonction - et il est logique de commencer par là si nous voulons réduire l'impact climatique des emballages."

Pour les emballages en carton utilisés dans l'étude, les données climatiques du carton Invercote d'Iggesund ont été utilisées. Pour les matières plastiques, IVL a utilisé les données des bases de données utilisées pour les analyses de cycle de vie. Aucun des emballages en carton utilisés dans l'étude n'est constitué de matériaux provenant d'Iggesund Paperboard.

"Il s'agit d'une étude qui montre l'impact climatique de différents types d'emballages. Le mandat confié à IVL devait être général. Ni eux ni nous ne connaissons les données climatiques de chaque article d'emballage individuel. Toutefois, sur la base des bases de données environnementales reconnues, cette étude indique clairement la grande importance du choix du matériau", conclut M. Granås.

L'institut suédois de recherche environnementale IVL a été fondé conjointement en 1966 par le gouvernement suédois et l'industrie pour effectuer des recherches sur les problèmes de gestion de l'air et de l'eau dans l'industrie. Aujourd'hui, l'IVL est un institut environnemental qui se concentre sur l'interaction entre les perspectives environnementales, économiques et sociales.

Iggesund

Iggesund Paperboard fait partie du groupe suédois Holmen, spécialisé dans l'industrie forestière, qui figure parmi les 100 entreprises les plus durables du monde selon l'indice du Pacte mondial des Nations unies. Le chiffre d'affaires d'Iggesund est légèrement supérieur à 500 millions d'euros et son produit phare, l'Invercote, est vendu dans plus de 100 pays. L'entreprise possède deux familles de marques, Invercote et Incada, toutes deux positionnées dans le haut de gamme de leurs segments respectifs. Depuis 2010, Iggesund a investi plus de 380 millions d'euros pour augmenter son efficacité énergétique et réduire les émissions fossiles de sa production.

Iggesund et le groupe Holmen déclarent toutes leurs émissions de carbone fossile au Carbon Disclosure Project. Les données environnementales font partie intégrante d'un rapport annuel conforme au plus haut niveau de rapport sur le développement durable de la Global Reporting Initiative. Iggesund a été fondée en tant qu'usine de fer en 1685, mais fabrique du carton depuis plus de 50 ans. Les deux usines, situées dans le nord de la Suède et dans le nord de l'Angleterre, emploient 1500 personnes.

Membres, mécènes et partenaires de Pro Carton