2017-12-10

Message du directeur général

La plupart d’entre vous auront vu des reportages à la télévision ou lu des articles dans la presse sur problèmes causés par les emballages en plastique, notamment en lien avec la pollution de nos océans. J’ai été horrifié de lire les résultats d’une récente étude allemande selon laquelle des micro-plastiques ont été trouvés dans les 24 marques de bières testées ainsi que dans le miel et le sucre. Voilà qui remet en question l’efficacité des lois allemandes sur la pureté (Reinheitsgebot) qui stipulent que la bière ne peut être fabriquée qu’à partir de trois ingrédients : l’orge, le houblon et l’eau !

Pro Carton défend depuis un certain temps l’idée que les propriétaires de marques devraient, chaque fois que possible, utiliser des matériaux durables plutôt que non-durables et supporte l’introduction de mesures fortes pour encourager l’utilisation de matériaux d’emballage véritablement durables. L’Union Européenne est sur le point de publier sa stratégie sur les plastiques tandis que le gouvernement du Royaume-Uni a annoncé qu’il envisageait l’imposition d’une taxe sur certains emballages en plastique. Il suffit d’un coup d’œil rapide dans une allée de supermarché pour se rendre compte du nombre de marques qui utilisent des emballages en plastique alors qu’elles pourraient opter pour des étuis en carton. Qu’il s’agisse de sachets de thé, de piles, de packs de boissons ou de fournitures de bureau, sans parler des produits alimentaires, il y a une foule de produits qui pourraient être emballés de manière plus écologique et réduire ou éliminer la quantité de plastique utilisée.

Il est encourageant de voir que notre message commence à attirer le support d’autres parties influentes. Andy Clarke, ancien PDG d’Asda, plaidait en faveur de mesures fortes dans le journal britannique The Guardian récemment, disant que « la seule solution était que les détaillants rejettent totalement le plastique en faveur d’alternatives plus durables telles que le papier, l’acier, le verre et l’aluminium. » De même Louise Edge, de Greepeace, a déclaré que le gouvernement pourrait « se sortir de ce pétrin en innovant au moyen de mesures financières qui inciteraient les responsables à adopter des alternatives durables. »

Je pense qu’il serait bon de rappeler à chacun ici, en particulier à ceux qui ne font pas partie de l’industrie du carton, que l’allégement ou même le recyclage d’emballages ne permet pas en soi de créer la durabilité. Pour qu’un emballage soit durable (selon la définition du dictionnaire) il doit être renouvelable. La notion de plastique renouvelable est tout simplement absurde. Les étuis en carton sont non seulement renouvelables mais entièrement recyclables et biodégradables, véritablement durables et constituent un parfait exemple du principe de l’économie circulaire.

Pour nous aider à disséminer notre message, nous avons engagé une agence de relations publiques, Storm Communications, qui œuvrera à travers l’Europe et qui a déjà commencé à générer une bonne couverture médiatique à travers un nombre de publications ainsi que par les médias sociaux.

Les propriétaires de marques tournés vers l’avenir auront certainement déjà revu leurs propres stratégies environnementales afin d’utiliser des emballages plus renouvelables et recyclables sans attendre une réaction de rejet des consommateurs contre l’utilisation superflue de plastique. S’ils ne le font pas, les gouvernements ne manqueront pas d’agir et les consommateurs voteront avec leur portefeuille.


Pro Carton members, patrons, partners

Barcelona Carton
Kotkamills
Pankaboard
WestRock
RenoDeMedici
Storaenso
WEIG-Karton
Metsä Board
Mayr-Melnhof Karton
Mel
Kartonsan
International Paper
Iggesund
Fiskeby
Buchmann Karton
Billerudkorsnas
International Packaging Group
BOBST
Heidelberg
Sappi
ECMA