2017-07-03

Table ronde avec Roland Rex (Président de Pro Carton) et Andreas Blaschke (Président de l’ECMA)

1. Quelles sont vos attentes pour vos industries au cours des 12 prochains mois ?

RR – Tous les indicateurs pour la consommation des ménages sont dans le vert en Europe, la demande pour les emballages de biens de consommation courante va donc augmenter. Ce qui permettra d’occuper une partie de la capacité de production disponible. Le changement des comportements d’achat dans un environnement omnicanal diversifié et la numérisation seront tous deux une source de nouvelles opportunités. Je pense que la consolidation du secteur contribuera à créer des entreprises plus fortes, plus rentables et plus innovantes, capables de répondre aux exigences de nos clients et, surtout, qui seront prospères.

AB – Le volume devrait être bon tout au long de l’année prochaine au fur et à mesure de la reprise économique. Cependant, les marges resteront tendues puisque le prix des matières premières est élevé et difficile à répercuter. Je ne m’attends pas à plus de consolidation ou à une rationalisation à grande échelle à court terme car de nombreuses entreprises ont traversé une période de changement, qui est généralement suivie d’une période d’intégration et de stabilité.

2. Quel est l’enjeu majeur pour l’industrie du carton actuellement ?

AB – Je pense que c’est le contraste entre les attentes des consommateurs et les capacités de la chaîne d’approvisionnement. Les délais de fabrication du carton sont de plus en plus longs alors que les clients veulent plus de flexibilité et des délais de production plus courts et qu’ils refusent d’immobiliser leurs fonds de roulement dans les stocks. Nous devons trouver de nouvelles solutions sans augmenter les coûts.

RR – Notre industrie doit faire face à de nombreuses difficultés. La plupart sont positives et utiles et nous ne voulons pas ralentir mais plutôt maintenir le rythme des améliorations. Cependant, un challenge semble être plus grand que les autres. C’est la surcapacité grandissante dans notre marché qui ne progresse que modérément. Nous devons changer notre mentalité et passer de « plus de la même chose » à « faire la même chose mieux ». C’est une manière plus saine d’envisager la croissance que de miser simplement sur « plus » de volume.

3. Selon vous, de quelle manière les transformateurs et les fabricants de carton peuvent-ils mieux travailler ensemble ?

RR – Le plus important est de comprendre que l’un dépend de l’autre. Il n’y a pas d’emballages carton sans carton et vice versa. Il faut donc que la coopération soit positive et rentable pour les deux partenaires de la chaîne d’approvisionnement. Cela demande un certain degré d’ouverture et de confiance ainsi que la volonté d’une véritable coopération pour développer l’activité ensemble d’une manière profitable et innovante.

AB – Nous devons trouver un moyen de mieux coordonner nos chaînes d’approvisionnement tout en supprimant des coûts et je crois qu’en la matière il reste encore beaucoup à faire. Par ailleurs, les fabricants et les transformateurs devraient coopérer davantage au développement de cartons spéciaux pour certains des principaux utilisateurs finaux.

4. Quel est votre avis sur la mauvaise publicité faite continuellement à l’industrie du plastique concernant les déchets et la pollution des océans ?

AB – C’est une excellente occasion pour l’industrie du carton et des cartonnages de mettre en avant ses qualités écologiques et elle doit continuer de communiquer sur ses points forts et ses avantages. On parle ici de gestion durable des forêts, de ressources renouvelables, d’aptitude au compostage et de facilité de recyclage.

RR – Les Consommateurs, du moins en Europe, commencent à comprendre que l’emballage est important, mais que les emballages plastiques constituent un sérieux problème pour l’environnement. Ils comprennent la différence entre un emballage fabriqué à partir d’une matière renouvelable ou recyclée et un emballage qui provient de ressources fossiles et contamine les rivières, les lacs et les océans sur tous les continents. C’est une bonne occasion pour l’industrie du carton et des boîtes carton de se positionner comme l’option d’emballage la plus durable avec un double effet positif sur le climat et la réutilisation. Plus les leaders d’opinion critiquent le plastique, mieux nous nous portons.

5. Les demandes des propriétaires de marques et des détaillants sont-elles en train de changer ?

RR – Les besoins des détaillants et des propriétaires de marques ont toujours changé. La différence aujourd’hui c’est la rapidité à laquelle ils changent. La numérisation dirige nos vies et modifie rapidement nos modèles opérationnels. Il est donc essentiel d’être en contact étroit avec ceux qui sont assis à la place du conducteur et nous aident à prévoir ce qui va se passer après. La vente de détail omnicanal avec des emballages individualisés et personnalisés arrive au galop.

AB – La demande est devenue plus volatile, moins prévisible et la taille des lots diminue. Le commerce de détail change et se déplace vers le commerce en ligne. Certains de nos clients ont besoin de trouver de nouvelles réponses à ces opportunités, en particulier ceux concernés par la catégorie des achats d’impulsion qui sont plus difficiles à promouvoir en ligne. Je pense par exemple aux produits de confiserie qui sont souvent mis en vente aux caisses.

6. Avec l’utilisation généralisée des appels d’offres et des enchères électroniques, pensez-vous que le prix devient un facteur moins important dans les prises de décision d’approvisionnement ?

AB – Le prix reste un facteur important et nous devons continuer de trouver des moyens de réduire les coûts. Il y a beaucoup de chose à faire. En ce qui concerne les appels d’offres et les enchères électroniques, ils sont maintenant bien établis et j’espère que la plupart des acteurs ont suffisamment d’expérience sur la façon de les gérer, ce qui n’était pas le cas il y a 5 ou 7 ans.

RR – Le prix est et sera toujours un aspect important dans la décision d’achat. C’est pourquoi nous devons sans cesse travailler à la réduction des coûts à tous les niveaux de la filière carton. Cependant, les nouvelles manières de promouvoir les produits offriront d’autres opportunités pour les emballages associés à de nouveaux services pour les fabricants de carton. Nous devons arrêter de penser « coût plus x% » et nous tourner vers une approche qui considère l’avantage que le client est prêt à payer. La numérisation demandera de la souplesse à tous les niveaux de la chaîne d’approvisionnement, ce qui nous permettra de revoir nos politiques de prix.

7. Quelle est l’importance de l’innovation dans l’industrie du carton ?

AB – L’innovation figure en bonne place dans les agendas de tout le monde et c’est un bon moyen de se différencier. Toutefois, dans la pratique, relativement peu de nouvelles idées sont réellement adoptées et introduites sur le marché. D’après mon expérience, une vraie innovation est efficace lorsque le cartonnier a une relation commerciale établie depuis longtemps et qu’il comprend vraiment les besoins du consommateur.

RR – L‘innovation c’est ce que nos clients attendent de nous ; elle est donc essentielle pour l’avenir de nos entreprises. À l’origine, l’emballage n’était utilisé que pour protéger le produit contre les dommages ou les pertes. Ensuite, les aspects marketing ont été ajoutés et aujourd’hui on comprend très bien que l’emballage joue un rôle essentiel dans la décision d’achat du consommateur. Demain, l’emballage deviendra un outil de communication au sein de la chaîne d’approvisionnement et permettra d’éliminer des coûts inutiles et de réduire les délais de traitement.

8. Quel impact les changements politiques, récents et à venir, ont-ils sur l’industrie et votre activité ?

RR – Il y a et il y aura toujours des évolutions inattendues qui affecteront nos activités, pas seulement d’ordre politique. Alors, si vous avez une base solide et large, vous surmonterez facilement les périodes d’incertitude. Et puis, tout risque offre aussi de nouvelles opportunités. Nous devons être ouverts d’esprit et penser positivement.

AB – Le plus gros impact a été celui des taux de change qui a créé de nouvelles difficultés. Sinon, d’un point de vue politique, je ne pense pas que les choses ont réellement changé ou changeront pour notre industrie.

9. Si vous pouviez changer une chose dans le secteur, qu’est-ce que ce serait ?

RR – Nous devons changer notre point de vue. Nous ne devrions pas toujours essayer de comprendre et d’expliquer le monde à partir de notre propre position, mais plutôt comprendre le monde du point de vue de nos clients et des clients de nos clients pour pouvoir vraiment développer des produits et des services qui aident nos clients dans leur environnement d’entreprise. Les répercussions seront positives pour nous et nous deviendrons indispensables. Si nous continuons à nous concentrer sur nos propres processus et nos activités internes, soit nous serons toujours en retard, soit nous serons ignorés de ceux qui sont essentiels pour nous, c’est-à-dire de nos clients.

AB – J’aimerais changer la perception de notre produit. Nous devons passer de l’emballage en tant que simple coût à l’emballage en tant que moyen d’ajouter de la valeur. En fait, les emballages carton constituent le meilleur support pour valoriser la marque de n’importe quel produit.

10. Voulez-vous adresser un dernier message à vos membres ?

RR – Je suis d’accord avec Andreas quand il dit que nous devons continuer à dire aux gens que l’emballage représente une valeur et pas seulement un coût, et que l’emballage en carton est la meilleure option disponible grâce à ses avantages écologiques. Le plastique est pour les perdants, le carton est pour les gagnants parce que les emballages carton ne créent pas de déchets plastiques.

AB – Vous pouvez l’interpréter comme vous le voulez, mais mon message est de résister à la tentation et d’éviter toute impulsivité.

Merci messieurs.


Pro Carton members, patrons, partners

Barcelona Carton
Pankaboard
WestRock
RenoDeMedici
Storaenso
WEIG-Karton
Metsä Board
Mayr-Melnhof Karton
Mel
Kartonsan
International Paper
Iggesund
Fiskeby
Buchmann Karton
Billerudkorsnas
Kotkamills
International Packaging Group
BOBST
Heidelberg
Sappi
ECMA