2014-11-27

Réinventer l’entreprise

Laisser un commentaire

« Nous ne devons pas seulement être meilleurs, nous devons être vraiment très bons », explique Tim « Mac » Macartney au Congrès ECMA Pro Carton. Un seul petit pourcent de durabilité dans chaque domaine peut changer l’avenir de nos enfants. Il a salué les progrès réalisés par les industries du cartonnage et du carton plat à cet égard. Voici ses principales observations.

« J’ai un défi particulièrement difficile à relever : je pense honnêtement qu’à bien des égards, le secteur du cartonnage et des cartons plats a une longueur d’avance. Il se consacre à un produit et crée dans un environnement qui, par bien des aspects, pousse vers ce point dont on pourrait dire qu’il est durable ».

« La plupart des efforts en faveur de la durabilité ne produisent pas les effets dont nous avons vraiment besoin ; la situation est seulement moins mauvaise. Mais être moins mauvais ne suffit pas. Comment changer le modèle d’entreprise ? Comment trouver un moyen de vivre différemment sur cette planète, un moyen qui nous permettrait de partager les richesses et la prospérité dans ce monde, ainsi que les droits sociaux, la justice et les droits de l’homme, sans que l’avenir ne s’effondre ? ».

« J’ai eu la chance de m’entretenir avec Paul Polman, PDG de Unilever, et d’écouter son point de vue. Et, en lui parlant, j’ai pensé, ça y est, c’est en train d’arriver ! Cet homme croit vraiment en ces choses. Il ne tire aucune satisfaction à simplement créer une opération commerciale extrêmement rentable. Il veut beaucoup plus que cela. Pourquoi ne pourrions-nous pas mettre au cœur de notre travail les choses que nous aimons vraiment, ce qui signifie tout pour nous ? ».

« Les grandes entreprises ont le poids et les connexions ; ce sont elles qui devraient le faire. Mais toutes disent « pourquoi moi ? » ou bien encore, « nous faisons déjà beaucoup ». Être moins mauvais ne suffit pas. Il y a quelque chose que nous oublions ici à propos de la durabilité. Tout d’abord, elle ne concerne pas seulement l’environnement. C’est ce que Charles Eisenstein appelle le plus beau monde auquel nous aspirons du fond du cœur est possible. C’est ce que j’appelle le monde que nous désirons. Jusqu’à ce que la réponse devienne « Oui, moi ! », modestement ou généreusement, au sein de ma petite entreprise familiale, au sein de cette grande société, nous allons nous asseoir autour d’une table pour débattre et parler des moyens de devenir, en tant que société, une force du bien et du changement pour la transformation de ce monde. »

« Pourquoi est-ce si important pour les entreprises de suivre cette voie ? C’est très important car il n’existe pas d’autre pouvoir sur cette terre avec les compétences, l’énergie, la capacité et le pouvoir qu’ont les entreprises pour changer les idées en action, pour faire que les choses se produisent. Il y a un ou deux ans, un groupe d’hommes d’affaires s’est réuni, dont Sir Richard Branson, Kathy Calvin, Arianna Huffington, Mo Ibrahim, Paul Polman, Jochen Zeitz et quelques autres, et chacun a déclaré son engagement à faire de l’entreprise un pouvoir de transformation pour le bien dans le monde : « notre mission est de catalyser une meilleure façon de faire des affaires pour le bien-être des personnes et de la planète. Notre vision de l’avenir est un monde dans lequel l’objet de l’entreprise est d’être une force motrice au bénéfice du social, de l’environnement et de l’économie. »

« C’est ce que nous sommes invités à faire. Le plus merveilleux dans toute cette question de la durabilité, c’est qu’elle offre une vision aux entreprises. Elle dit, notre entreprise n’est pas là seulement pour créer ces beaux emballages innovants, bien conçus et extrêmement pratiques, notre entreprise sert aussi à changer la nature de l’économie sur cette terre. Notre entreprise est une force du bien dans ce monde. Et si vous étiez capable de parler sincèrement à vos employés sur cette même longueur d’onde, au point qu’ils sachent que c’est ce que vous pensez foncièrement, que ce n’est pas négociable et que vous êtes embarqué dans cette aventure, vous libèreriez toute cette bonne volonté que les gens donneraient si seulement ils vous faisaient confiance et pouvaient voir que c’est vrai. »

« Pourquoi feraient-ils cela ? Parce que dans leur for intérieur, ils adoreraient travailler pour des sociétés qui sont en adéquation avec ce qu’ils aiment : leurs enfants, leurs conjoints, leurs familles au sens large, leurs communautés. Nous pourrions atteindre tous les objectifs commerciaux que nous voulons et à la fin, quand notre tour arrive, que nous nous éloignons et prenons du recul, être encore capables de dire : « cela a vraiment donné quelque chose de merveilleux ».

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *


Pro Carton members, patrons, partners

Barcelona Carton
Pankaboard
WestRock
RenoDeMedici
Storaenso
WEIG-Karton
Metsä Board
Mayr-Melnhof Karton
Mel
Kartonsan
International Paper
Iggesund
Fiskeby
Buchmann Karton
Billerudkorsnas
Kotkamills
International Packaging Group
BOBST
Heidelberg
Sappi
ECMA