Use this contact form if you have any suggestions or questions for us. You’re also welcome to sign-up for our Pro Carton news here. * indique un champ obligatoire
Développement Durable

Récupération et recyclage

Le recyclage du papier et du carton est logique d’un point du vue environnemental et économique. Il signifie une utilisation efficace des matières premières issues des forêts, la réduction des déchets et des économies d’énergie. Il participe également à la réduction des émissions à effet de serre générées par les décharges.

Qu’entend-on par récupération et recyclage ?

La récupération comprend la collecte des papiers et des cartons usés ainsi que leur acheminement dans une usine de retraitement. Le terme peut parfois aussi désigner le processus de recyclage.

Le recyclage est le retraitement du papier et du carton récupéré, dont le compostage fait partie. Le recyclage intervient lorsqu’un produit qui a terminé sa fonction d’origine est retraité pour être transformé en une nouvelle matière utile.

L’industrie du papier et du carton a toujours eu une infrastructure pour la récupération et le recyclage des papiers et des cartons est antérieur à l’ère industrielle moderne. Avant l’utilisation du bois comme matière première, la principale matière première à base de cellulose a pendant des centaines d’années été obtenue à partir du recyclage des fibres de vieux chiffons de lin (fibres de lin).

Le recyclage des cartonnages

Les boîtes pliantes peuvent être recyclées par un retraitement en usine consistant à séparer les fibres. Les fibres récupérées sont ensuite utilisées pour fabriquer du carton plat ou d’autres produits en papier ou en carton. Ou bien, elles peuvent aussi être compostées, un processus également connu sous le nom de « recyclage organique », ou, si le recyclage n’est plus une option viable, leur valeur énergétique peut être transformée en énergie dans un incinérateur à déchets.

Pour qu’il y ait recyclage, les déchets d’emballages doivent être récupérés, c’est-à-dire collectés et envoyés dans une usine. Les déchets résultant de la fabrication, tels que les rognures par exemple, sont relativement simples à récupérer dans les usines de carton ou chez les fabricants de cartonnages. Toutefois, la majeure partie du carton et de tous les produits en papier et en carton, est disséminée dans toute la société et il faut une infrastructure pour les récupérer. Ces déchets peuvent être triés au niveau des ménages ou dans d’autres points d’élimination, puis soit collectés soit emmenés à un lieu de ramassage. Les principaux points de collecte du papier sont en général, 50 % auprès des commerçants et de l’industrie, 40 % auprès des ménages et 10 % dans les bureaux. L’augmentation de la collecte viendra des ménages car l’industrie l’utilise déjà largement.

L’augmentation de la collecte auprès des ménages de produits papier et carton utilisables dépend de la qualité de la collecte des papiers et cartons usés. Une collecte séparée augmente la qualité du papier récupéré.

Réduire le volume des papiers et cartons mise en décharges au profit d’une collecte séparée pour le recyclage représente une contribution importante pour la réalisation de l’objectif fixé par la Directive européenne sur la mise en décharge des déchets qui prévoit que 65 % des matières biodégradables doivent être récupérées d’ici à 2016. Le papier et le carton joueront également un rôle essentiel dans la réalisation de l’objectif de l’Union européenne de recycler 50 % des déchets ménagers d’ici 2020.

Le papier et le carton sont les matériaux d’emballage les plus recyclés dans l’Union européenne avec un taux de recyclage de 81,3 % selon les données 2012 de la Confédération des industries papetières.

En Europe, environ 60 % des cartons sont fabriqués à partir de carton recyclé.

Déclaration européenne sur le recyclage du papier

En 2000, l’industrie papetière a adopté une initiative volontaire visant à augmenter le taux de recyclage de 49 % à 56 % en 2005. Cet objectif a été réalisé et un nouvel engagement a été pris pour atteindre un taux de recyclage de 66 % en 2010 dans 29 pays européens (UE 27 + la Norvège et la Suisse).

Cette tendance a continué et l’industrie du papier et du carton reste mobilisée pour concrétiser son ambitieux objectif d’augmenter le taux de recyclage à un rythme constant en Europe. En 2013, le Conseil européen des papiers récupérés a annoncé un taux de recyclage impressionnant pour l’Europe avec 71,7 % des papiers et cartons usés recyclés en 2012. Le volume de papier recyclé en Europe est 1,5 fois plus élevé qu’en 1998.

Fibre récupérée

Toutes les fibres récupérées, y compris celles issues des emballages papier et carton recyclés, contribue à hauteur de 50 % environ à la fibre utilisée dans l’industrie du papier et du carton dans le monde. La quantité de fibres récupérées utilisées est environ 150 millions de tonnes par an. Les déchets d’emballages, notamment les déchets de boîtes pliantes, ne sont donc pas la seule source de fibres pour le recyclage en Europe. Parmi les autres sources importantes on trouve le carton ondulé, le papier journal et les magazines, le papier de bureau et les déchets de papier des imprimantes.

Pour augmenter la récupération et le recyclage des emballages en Europe, la Directive 94/62/CE relative aux emballages et aux déchets d’emballages a fixé des objectifs en termes de volume des déchets d’emballages, notamment pour les emballages à base de papier et de carton.

 

La qualité des fibres récupérées

La qualité des fibres récupérées dépend d’un certain nombre de facteurs, à commencer par la taille des fibres, longues ou courtes, la manière dont elles ont été séparées du bois au départ, si elles ont été blanchies et dans quelle mesure elles sont associées à d’autres matières telles que les revêtements fonctionnels, les encres, les plastiques, les résines et adhésifs résistants à l’humidité.

La qualité des fibres dépend donc de la séparation initiale et du traitement, de la manière dont elles ont été transformées en papier ou en carton et, enfin, de la façon dont ces produits ont été utilisés.

La qualité des fibres varie selon la catégorie à laquelle elles appartiennent : substitut de pâte vierge (rognures blanches non imprimées), déchets de bureau, papier journal, emballages kraft (non blanchi), mélanges de papiers et de cartons. La qualité ou le type de déchet et la demande du marché déterminent le prix.

Les papiers et les cartons récupérés sont donc classés. La liste européenne des sortes standard de papiers et de cartons récupérés (EN 643) est une norme européenne qui liste les différentes qualités du papier récupéré, dont le carton d’emballage. La Directive 2008/98/CE relative aux déchets a introduit une procédure pour définir les critères de « fin de la qualité de déchet ». Il s’agit des critères qu’un flux de déchets doit remplir afin que les déchets passent du statut de déchet à celui de matières premières secondaires. Les propositions techniques pour les déchets de papier et de carton doivent encore être décidées.

Les fibres ne peuvent pas être recyclées indéfiniment

Le nombre de fois qu’une fibre peut être recyclée dépend de la fibre vierge d’origine, de son traitement initial et de son utilisation, ainsi que des utilisations des produits en papier ou en carton qui en ont découlé. Les travaux de laboratoire indiquent que les fibres peuvent être recyclées entre 5 et 7 fois.

Les fibres recyclées perdent de leur résistance dans le processus de recyclage, en raison des réductions de longueur et des liages de fibres (les fragments de fibres deviennent de la boue pendant le retraitement) et un apport de fibres vierges est nécessaire pour conserver la résistance du papier et du carton recyclés.

Certains produits, par la nature de leur utilisation, retirent complètement les fibres du cycle du papier. Ce sont par exemple, les documents imprimés archivés, les couvertures de livre, le papier à cigarette et le papier tissu à usage sanitaire et domestique. La part des papiers non récupérables et non recyclables est estimée à environ 19 % de la consommation totale de papier. Par conséquent le taux de collecte maximum serait théoriquement de 81 % plutôt que 100 %. Plus le taux de collecte se rapproche de ce pourcentage, moins il y a d’avantages écologiques et économiques.

Il est essentiel de préserver et d’assurer la qualité du flux de papiers et de cartons récupérés à recycler si l’on veut que les activités de l’industrie du recyclage soient durables.

L’écoconception pour le recyclage

La bonne recyclabilité des produits en papier récupérés dépend de la bonne écoconception de ces produits.

Par exemple, les fabricants d’encre proposent des encres qui utilisent des ressources renouvelables et recyclables telles que le soja, l’huile végétale ou l’amidon, et les imprimeurs récupèrent et recyclent de plus en plus les encres et les solvants.

Au-delà des économies réalisées en termes de nouvelles matières premières et donc de réduction de la source, l’écoconception vise à renforcer la recyclabilité du carton d’emballage et procure de nombreux avantages écologiques, parmi lesquels :

  • une optimisation de l’utilisation des ressources naturelles
  • une meilleure qualité de la pâte à papier
  • une optimisation des systèmes de collecte
  • la réduction des déchets ultimes et des composants non recyclables