2015-04-02

La médiocrité est-elle partout ?

Laisser un commentaire

Lors d’un événement marketing organisé récemment par Pro Carton et Propak Autriche à Vienne, le généticien et auteur à succès, Markus Hengstschläger a demandé le renoncement à la médiocrité. À l’instar de « l’expérience la plus réussie au monde » (l’évolution), l’industrie devrait se montrer plus courageuse et encourager l’individualité et la créativité. La filière emballage, point de vente compris, peut aussi apprendre de ce principe.

Il n’a jamais été aussi difficile de prédire l’avenir qu’aujourd’hui. « Il y a cent ans, un jeune homme savait que toutes les compétences acquises pour son travail lui serviraient jusqu’à sa retraite. En 2000, l’année du millénaire, il a été établi que l’humanité doublait ses connaissances tous les dix ans. C’était encore gérable, la formation continue vous permettait de rester à niveau. Mais aujourd’hui ce n’est plus possible. Tout ce que vous pouvez apprendre ou enseigner double toutes les 24 heures. »

 

Base pour l’avenir

« Jamais encore une génération n’avait dû affronter autant de changements. Aujourd’hui, personne ne sait comment nous communiquerons dans 20 ans. Est-il d’ailleurs possible de s’équiper pour l’avenir ? » Ce n’est pas une nécessité pour les États du Golfe ; ils ont du pétrole. Ce n’est pas non plus nécessaire pour les pays où la main-d’œuvre est bon marché ; ils n’ont qu’à produire ce que les autres inventent. « La plupart des pays d’Europe n’ont pas de pétrole et la main-d’œuvre est chère. Nous devons donc réfléchir à la façon de nous préparer pour l’avenir. »

« Prenons l’exemple d’un groupe d’élèves dans le gymnase d’une école : avant, il fallait simplement attraper un ballon qui allait et venait. Pas vraiment un problème. Mais aujourd’hui, les ballons fusent de toutes les directions ». Les analyses statistiques ne sont pas très utiles dans ce cas. « Si par exemple, 10 ballons arrivent d’en haut à gauche et 10 d’en bas à droite, quelle est la moyenne ? Le centre. Donc, le prof de gym dit à ses élèves de rester au milieu, bien qu’en réalité aucun ballon ne vient de cette direction. Le résultat est peu concluant. »

Pour la même raison, on conseille souvent aux jeunes de rester au centre, où il y a le plus de monde, parce que si tout le monde le fait, c’est que ça ne peut pas être totalement erroné. « Mais les résultats restent médiocres. Si vous ne savez pas ce que demain vous réserve, vous devez rester flexible. »

 

L’expérience la plus réussie au monde

Les généticiens le savent. Un exemple : « les cnidaires qui vivent dans les flaques d’eau sont des créatures extrêmement petites que l’on ne peut pas voir à l’œil nu. Leur reproduction est asexuée et se fait par la division. C’est un processus très rapide et leur progéniture est identique. Dans de bonnes conditions, la flaque sera habitée par des milliards de cnidaires, mais si la température augmente de quelques degrés, aucun d’entre eux ne survivra. »

Si une entreprise lance avec succès un produit, elle recommencera le plus vite possible jusqu’à saturation du marché et jusqu’à ce qu’elle domine le marché. « Sans aucun doute, ceci assure le succès à court terme, mais c’est très dangereux pour le long-terme. En cas de survenance d’un événement X, un événement extraordinaire, la société n’est pas préparée. Et des événements X, nous allons en connaître plus que jamais auparavant. »

Si un événement X arrive et que tout le monde est différent, il y aura toujours quelqu’un qui survivra. Plus nous aurons de talents différents, plus nous aurons de chance que quelqu’un aura la réponse à une question que nous ne connaissons pas encore. L’évolution est l’expérience la plus réussie au monde parce que nous sommes tous différents. Nous avons suffisamment de réponses pour les questions à venir ! Toutefois, le problème est que nous jetons la plupart de ces réponses par-dessus bord parce que nous ne connaissons pas encore les questions. »

 

Gérer l’avenir

L’industrie doit repenser. « Il n’y a pas besoin de mordus ou de petits génies, il faut des jeunes diplômés bon marché qui font ce qu’on leur demande. Celui qui veut explorer de nouvelles voies doit sortir des sentiers battus. C’est ce que les entreprises doivent encourager. C’est vrai, cela coûte cher, mais c’est rapidement amorti. Nous devons créer des structures qui laissent la place à une plus grande individualité et à la créativité ! »

Comment gérer tout cela ? Par un bon équilibre entre les projets sûrs et les projets à risques. La gestion du futur nécessite deux choses : « il faut réajuster tous les jours le rapport « risqué/sûr ». Il faut soutenir de nombreux projets sûrs pour être en mesure de se permettre quelques projets risqués. Et deuxièmement, on ne devrait pas faire les choses soi-même quand on manque de talent. Il faut remplacer le manque d’intelligence individuelle par l’intelligence interpersonnelle. La compétence sociale doit compenser ce que l’on ne peut pas faire. »

 

Une nouvelle approche pour la filière

Avec tous ces exemples, Markus Hengstschläger, démontre l’importance de ne pas tomber dans le piège de la médiocrité. Cela s’applique à tous les domaines de l’industrie : qu’il s’agisse de la gestion du personnel, du développement de produits, du marketing ou des emballages, seule une grande liberté créative et une individualité maximale permettront de trouver les réponses dont nous aurons besoin demain.

La filière emballage devrait apprendre de ce principe. Auparavant, il suffisait de trouver une solution améliorée pour un problème donné, aujourd’hui nous devons explorer en détail toutes les nouvelles avenues (et ceci s’applique à toutes les sociétés impliquées dans la chaîne de création de valeur). Personne ne sait exactement où l’évolution nous emmènera, mais ceux qui attendent que cela arrive auront manqué le train.

La filière emballage doit se concentrer sur des solutions d’emballage qui rendent pensable l’impensable, avec des caractéristiques qui englobent d’éventuels besoins futurs qui pourront être totalement différents de ce que nous connaissons aujourd’hui, et cela s’applique aussi au point de vente (qui aujourd’hui peut être n’importe où).

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *


Pro Carton members, patrons, partners

Barcelona Carton
Pankaboard
WestRock
RenoDeMedici
Storaenso
WEIG-Karton
Metsä Board
Mayr-Melnhof Karton
Mel
Kartonsan
International Paper
Iggesund
Fiskeby
Buchmann Karton
Billerudkorsnas
Kotkamills
International Packaging Group
BOBST
Heidelberg
Sappi
ECMA